Prendre RDV en ligne

Greffe de barbe : quelles sont les précautions à prendre ?

Particulièrement en vogue ces dernières années, la barbe fait son grand retour sur le menton des hommes de tous âges… ou presque. Tous n’affichent pas la même pilosité et la greffe est rapidement devenue la solution idéale pour les imberbes souhaitant en arborer une naturelle. Si vous envisagez une intervention, lisez avec attention les informations suivantes pour la préparer au mieux.

Les mesures de prévention préopératoires

La greffe de barbe, opération dont l’objectif est de surmonter un complexe, s’effectue dans le cadre d’une chirurgie plastique. Parfois, elle peut être considérée comme une chirurgie réparatrice. Certains hommes souhaitent redessiner ou créer une barbe, d’autres simplement combler les zones clairsemées.

Les patients ayant des besoins différents, leurs exigences sont discutées lors d’une visite préopératoire durant laquelle des photographies médicales sont réalisées. Cet examen préalable permettra de déterminer les attentes en termes de densité et d’esthétique.

Après la première consultation, un délai de réflexion de 15 jours laisse du temps au patient pour se décider. Si celui-ci désire avoir recours à une implantation, il sera nécessaire d’effectuer un bilan sanguin parfois accompagné d’un électrocardiogramme. De plus, à partir du jour précédant l’intervention, un traitement antibiotique devra être entamé et il sera fortement déconseillé de consommer tous types d’excitants.

Enfin, le soir précédent l’intervention et le jour même, une douche antiseptique doit être effectuée. Elle élimine la majorité des germes qui se trouvent sur la peau.

Les précautions à prendre le jour de l’opération

Tout implant de barbe nécessite l’intervention d’un praticien expérimenté en chirurgie capillaire. Afin que tout se déroule dans des conditions optimales, il est indispensable de suivre ces conseils et indications.

  • Contrairement à certaines opérations chirurgicales qui requièrent d’être à jeun, lors d’une greffe de barbe, vous pouvez prendre votre petit déjeuner comme à votre habitude ;
  • Lavez votre barbe avec un shampoing désinfectant la veille et le matin de l’opération et n’appliquez aucun autre produit. Ce geste favorise la préparation de la peau pour l’intervention ;
  • Des vêtements amples aident à ne créer aucun microtraumatisme sur les greffons après la séance. Idéalement, amenez une chemise avec vous pour éviter de devoir passer l’habit par-dessus votre tête.

Que faire après une greffe de barbe ?

Une fois l’opération terminée, plusieurs réactions sont susceptibles d’apparaître au niveau des joues comme par exemple, un léger gonflement, des démangeaisons ainsi que des rougeurs. De plus, l’anesthésie entraîne parfois des effets secondaires qui peuvent s’éviter en respectant quelques critères.

  • Une anesthésie réduit les capacités de réaction et de perceptibilité lors de la conduite. Pour le retour, soyez accompagné d’une tierce personne ou prévoyez un taxi ;
  • Poursuivez le traitement médicamenteux débuté la veille de la greffe selon la prescription du praticien ;
  • L’alcool et le tabac peuvent causer des complications chirurgicales. N’en consommez pas après l’intervention, pendant le temps défini par le professionnel ;
  • Une alimentation variée et saine avec des fruits et légumes aide à prévenir une possible perte des poils. Adaptez votre régime et votre mode de vie ;
  • Evitez l’exposition au soleil au maximum : la peau réagit différemment face aux coups de soleil, entraînant une sensibilité plus forte mais aussi, des décolorations de l’épiderme et des rougeurs permanentes ;
  • Une stimulation du flux sanguin avec des massages du scalp participe au renforcement des poils. Prenez régulièrement soin de votre barbe avec délicatesse ;
  • Ne pratiquez pas d’activités susceptibles de créer un afflux sanguin vers la zone greffée, car elles peuvent affaiblir la barbe et faire tomber des poils ;
  • N’agressez pas votre peau juste après l’opération : le premier rasage s’effectue au bout de trois semaines.

Le suivi de ces précautions permet d’empêcher au maximum les risques de complications après la greffe de barbe, ainsi que d’obtenir les résultats escomptés.

Pourquoi faire une greffe de sourcils ?

Pour arborer un regard parfaitement dessiné, nombreux sont celles et ceux qui décident d’avoir recours à la greffe de sourcils. Cette technique de chirurgie esthétique et réparatrice permet d’augmenter leur longueur, leur densité et de redessiner leur ligne. Découvrez dans cet article les différentes indications dans lesquelles cette intervention peut être envisagée.

Une démarche esthétique

Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles les femmes et les hommes souhaitent avoir recours à une greffe de sourcils. En effet, nombreuses sont celles qui ont succombé à la tendance des sourcils fins et qui ont enchaîné les épilations excessives. Ce phénomène les a conduites à envisager la greffe. Cette opération, qui offre des résultats permanents, est donc intéressante pour les femmes désirant gagner du temps au quotidien en évitant de maquiller cette zone de leur visage. Les personnes ayant eu recours antérieurement à la technique du microblading (maquillage semi-permanent permettant de restructurer le sourcil de manière naturelle) ou au tatouage peuvent se tourner vers la greffe pour camoufler les éventuelles traces de leurs précédentes opérations. Enfin, toutes les personnes souhaitant structurer leur ligne de sourcils pour avoir un regard mieux dessiné ont la possibilité de faire appel à un chirurgien afin d’obtenir les sourcils de leurs rêves.

Une chirurgie réparatrice

Suite à des traitements lourds tels que la chimiothérapie ou après avoir subi un choc émotionnel, les sourcils peuvent s’affiner peu à peu et perdre de leur volume. La greffe permet dans ce cas précis de retrouver une ligne naturelle. Les personnes ayant souffert d’accidents tels que des brûlures peuvent également avoir recours à des greffes partielles ou totales de leurs sourcils. Cette intervention de précision offre des résultats de longue durée. Les poils implantés sur les sourcils sont généralement obtenus grâce à une extraction folliculaire (FUE) du cuir chevelu à l’arrière de la tête. La procédure a lieu suite à une consultation préalable durant laquelle le chirurgien passe en revue l’historique médical du patient puis détermine avec lui l’ensemble du projet de greffe, des précautions à prendre au déroulement de l’opération.

Contrer les signes de l’âge avec la toxine botulique

Plus souvent connue sous l’appellation « Botox », la toxine botulique est une substance largement appréciée des femmes qui souhaitent estomper les signes de vieillissement. Cet ingrédient initialement employé en ophtalmologie, a par la suite été utilisé à des fins esthétiques pour ses effets secondaires. Choisissez de dire adieu à vos ridules et affichez un visage rajeuni en découvrant les actions de ce produit miracle.

Qu’est-ce que le Botox ?

Cet agent paralytique neuromusculaire possède la propriété de bloquer l’action des nerfs responsables de la contraction des muscles. Injecté à dose infime en médecine esthétique, il permet d’atténuer les rides et ridules du visage qui apparaissent par la sollicitation répétée des muscles. Il aide ainsi à obtenir une peau plus lisse et rajeunie pour une durée allant de 4 à 6 mois. Cette molécule, toxique pour le système nerveux, peut également servir dans un but thérapeutique.

Quelles zones peuvent-être traitées avec la toxine botulique ?

Le produit s’applique localement dans les rides du front, les rides du lion ainsi que les pattes d’oie, mais il est aussi possible de traiter le nez, le menton ou encore le cou. Faire appel à un spécialiste de l’anatomie du visage vous assurera un rendu des plus naturels. En effet, chaque patiente étant différente, seul un professionnel du métier saura adapter ses injections et son dosage en fonction des visages et de leurs expressions. Les injections ne durent que quelques minutes, mais un examen clinique est nécessaire au préalable. Un médecin esthétique ou un dermatologue effectuera une consultation au cours de laquelle il analysera la musculature de la patiente afin de déterminer le traitement adéquat.

En dehors de la zone du visage, la toxine botulique peut également traiter l’hyperhidrose des aisselles (transpiration excessive) ou les troubles oculaires tels que le strabisme.

Comment se déroule l’intervention ?

Le produit est administré sous forme de piqûres peu douloureuses principalement sur le visage dans le but de détendre la peau. Les traitements sont généralement progressifs et s’étalent sur plusieurs séances. Les professionnels recommandent de procéder par étape et avec modération afin d’obtenir un résultat optimal. En aucun cas la toxine botulique ne provoque de paralysie complète du visage : des injections bien réalisées laissent toujours apparaître les expressions faciales.

Quels résultats attendre et sous combien de temps ?

Pour favoriser la bonne action du produit, il est recommandé aux patientes de ne pas réaliser d’efforts physiques directement après les injections. Les effets sont visibles à partir du troisième jour, mais le rendu définitif n’apparaît qu’au bout d’une quinzaine de jours. Passé ce délai, la peau se stabilise et les défauts sont corrigés. Cette méthode vise à harmoniser les traits du visage et à combler les rides et ridules afin d’obtenir une surface lisse au repos.

Le résultat final peut durer entre 3 et 6 mois, en sachant que plus vous réaliserez de séances, plus vous augmenterez vos chances de prolonger les bénéfices des interventions. Les spécialistes recommandent cependant de maintenir un délai de trois mois entre deux sessions.

Pourquoi les paupières tombent-elles ?

Également connu sous le nom de « ptôse des paupières » ou « ptosis », le phénomène des paupières tombantes a différentes origines. Cet affaissement de la paupière supérieure, qui se manifeste sur un seul œil ou sur les deux, peut faire l’objet d’une intervention chirurgicale dans le cas des personnes souffrant de désagréments esthétiques.

Qu’est-ce que le ptosis des paupières ?

Selon son origine grecque, le mot « ptôse » signifie « tomber ». Le ptosis correspond ainsi à un abaissement de la paupière supérieure dû à un défaut du muscle releveur (qui lui permet de se fermer). Lorsqu’il ne fonctionne pas correctement, cela donne lieu à un ptosis. Il peut être unilatéral ou bilatéral selon qu’il affecte un ou les deux yeux. Ce phénomène assez courant n’entraîne pas systématiquement d’autres maladies ou symptômes, cependant une intervention chirurgicale peut se justifier lorsque la chute de la paupière commence à altérer le champ visuel. L’opération améliore d’une part le bon fonctionnement des yeux et offre une meilleure esthétique. Le ptosis, qui dévoile un état avancé de l’affaissement de la paupière supérieure, nécessite toutefois le diagnostic d’un médecin spécialisé pour être décelé et éventuellement traité.

Quelles en sont les causes ?

Il existe différentes formes de ptosis. Celui-ci peut être congénital. Dans ce cas, l’altération du muscle releveur de la paupière supérieure est présente dès la naissance sur une seule ou sur les deux paupières. Il peut également être la conséquence d’un traumatisme, suite à un accident ou à un choc à l’arcade sourcilière avec un objet entraînant une rupture du tendon du muscle releveur. Le ptosis apparaît dans le cas de maladies neuromusculaires, lorsque le nerf est atteint. Enfin, il a parfois lieu suite à une chirurgie oculaire ou en raison du processus naturel de vieillissement. Les agressions du quotidien telles que la pollution, le soleil ou encore le tabac jouent également un rôle accélérateur dans ce processus. La peau des paupières étant très fine, elle perd plus rapidement en élasticité et devient moins flexible.

Comment entretenir ses cheveux après une greffe capillaire ?

Vous venez de subir une greffe de cheveux et vous ne savez pas quel protocole postopératoire suivre ? Vous souhaitez connaître les soins à prodiguer et les gestes à pratiquer en vue d’une guérison optimale ? Pour favoriser la repousse des cheveux greffés, il convient de suivre certaines instructions. Vous trouverez dans cet article tous les conseils à appliquer après une greffe capillaire.

 

Lavez vos cheveux régulièrement

 

Le premier shampoing est réalisé le lendemain de votre opération par des spécialistes directement dans la clinique. Une fois chez vous, vous réaliserez laverez vos cheveux vous-même deux fois par jour, et ce tous les jours. Ce processus dure deux semaines. Pour ce faire, utilisez un shampoing doux et massez délicatement la zone greffée sans arracher les petites croûtes. Elles tomberont toutes seules environ une semaine après l’opération. Votre cuir chevelu sera intégralement nettoyé au bout d’une semaine, les traces de sang et les petites croûtes disparaissant naturellement. Vous pourrez reprendre votre routine de lavage capillaire environ dix jours après l’intervention.

 

Dormez la tête surélevée

 

La position lorsque vous vous couchez est à ne pas négliger. Oubliez la position horizontale ! La première semaine suivant le traitement, il est fortement recommandé de dormir en position semi-assise ou sur les côtés. En effet, la tension sur le cuir chevelu sera moins importante. N’hésitez pas à utiliser des coussins ou des oreillers pour élever votre tête. Cela évitera que les petites croûtes situées au niveau des greffons ne se détachent. Pensez également à placer une serviette au niveau de votre cou si jamais la zone donneuse venait à libérer des fluides.

 

Évitez certaines activités

 

Après avoir subi une opération de greffe capillaire, vous ne pourrez plus pratiquer certaines activités pendant un certain temps. Pour les nageurs, la pratique de la natation est déconseillée pendant vingt jours après l’intervention chirurgicale. Si vous êtes un grand sportif, il vous faudra attendre dix à quinze jours avant de reprendre le sport en salle. Enfin, vous devrez attendre au minimum deux semaines avant de retourner chez le coiffeur. Ce n’est seulement qu’à partir de la troisième semaine que vous pourrez vous faire couper les cheveux aux ciseaux. Pensez tout de même à avertir votre coiffeur que vous avez récemment subi une opération de greffe de cheveux.

 

Adoptez les bons gestes

 

Protégez-vous la tête pendant les quelques jours suivant l’opération. Pour les amateurs de farniente et de chaleur, évitez toute exposition solaire pendant un mois. En cas d’exposition, optez pour un chapeau. Vous pourrez utiliser de la crème solaire seulement deux semaines après votre intervention. Si vous suivez ces instructions méticuleusement, les signes de votre greffe de cheveux disparaîtront plus rapidement. Vous verrez vos nouveaux cheveux pousser environ dix semaines après l’opération. Ne vous inquiétez pas si certains d’entre eux se mettent à tomber pendant les quelques mois suivant l’intervention chirurgicale. Ce processus est tout à fait normal et temporaire. Vous verrez le résultat final entre le neuvième et le douzième mois.

Réduction mammaire : parlons-en

Si beaucoup de femmes cherchent à augmenter le volume de leur poitrine, un grand nombre d’entre elles désire avoir recours à une réduction mammaire. Douleurs dorsales, inconfort, difficultés pendant le sport, voici autant de raisons qui poussent de plus en plus de femmes à sauter le pas et à réaliser cette opération.

La réduction mammaire, qu’est-ce que c’est ?

Certaines femmes possèdent une forte poitrine en raison d’un excès de glande mammaire parfois accompagné d’un excès graisseux. Suite à la puberté, au vieillissement naturel, aux variations de poids ou encore à une grossesse, un développement anormal de cette glande peut se produire et ainsi modifier le contenu du sein. La réduction mammaire, opération de chirurgie à la fois réparatrice et esthétique, vise à alléger et remodeler la poitrine.

Cette intervention de correction chirurgicale de l’hypertrophie des seins peut être opérée dès la fin du développement mammaire, soit à partir de 17 ou 18 ans. L’opération a lieu suite à un bilan clinique durant lequel le chirurgien établit les antécédents médicaux et chirurgicaux de la patiente et examine sa poitrine afin d’établir le projet. Après ce premier rendez-vous, la patiente possède un délai légal de réflexion de quinze jours. Sachez enfin que lors d’une réduction mammaire, une partie de l’intervention peut être prise en charge par la Sécurité sociale, en fonction du volumede glande retiré.

Pour quelles raisons avoir recours à cette opération ?

La réduction mammaire est l’une des interventions de chirurgie réparatrice les plus pratiquées. En effet, il existe de nombreux motifs pour lesquels les femmes souhaitent réduire le volume de leur poitrine. L’opération peut être envisagée dans le cas d’une hypertrophie mammaire, soit lorsque les seins sont trop lourds. Une poitrine volumineuse génère souvent des douleurs dans le dos, dans les épaules et dans la nuque et entraîne parfois même une déformation de la colonne vertébrale. Certaines femmes décident de passer entre les mains d’un chirurgien dans le but de corriger une asymétrie mammaire ou une distension cutanée. Enfin, la gêne psychologique liée à une forte poitrine (difficultés à s’habiller, inconfort sur la plage et dans l’intimité, etc.) amène également de nombreuses femmes à franchir le cap.

Qu’est-ce que le clonage capillaire ?

Aujourd’hui, 20% des hommes âgés de 20 à 30 ans sont atteints de calvitie. Phénomène principalement masculin, l’alopécie touche également certaines femmes. Très souvent, la perte de cheveux est difficile à accepter, surtout lorsqu’elle fait son apparition à un jeune âge. Mais une avancée technologique prometteuse pourrait changer le quotidien des personnes chauves : le clonage capillaire. Comment cette méthode fonctionne-t-elle ?

Les traitements contre la calvitie

Dans plus de 90% des cas, la perte de cheveux est d’origine génétique. Mais d’autres causes peuvent provoquer ce phénomène indésirable comme le stress, la fatigue, la testostérone ou encore, une alimentation déséquilibrée. Pour prévenir ou ralentir la calvitie, plusieurs traitements sont disponibles sur le marché. Parmi les plus prescrits, on trouve le minoxidil et le finastéride qui ralentissent la chute des cheveux et entraînent parfois une repousse. Ces médicaments, qui doivent être pris à vie, ne sont pas efficaces sur tous les patients et ont parfois des effets indésirables.

La solution qui reste la plus efficace pour lutter contre l’alopécie est la greffe de cheveux. Sous anesthésie locale, l’opération consiste à prélever des greffons sur la couronne pour les réimplanter sur la zone dégarnie. Bien que très répandue, cette technique n’est pas adaptée aux personnes chauves. Pour remédier à cette situation, de nombreux scientifiques travaillent actuellement sur l’élaboration d’une nouvelle méthode, le clonage capillaire.

Le clonage capillaire, une avancée technologique

Avancée significative pour la FUE, le clonage capillaire (ou le clonage des cheveux) consiste à prélever des cellules à la base du follicule pileux sain. Bien qu’insoupçonnés, les follicules pouvant être régénérés ne sont pas totalement absents du cuir chevelu chauve. Ces cellules souches sont isolées puis prélevées afin d’être cultivées en laboratoire. Il faut compter environ trois semaines pour qu’elles se multiplient et donnent naissance à des centaines d’autres cheveux sains. Lorsque l’obtention de la masse nécessaire est atteinte, ces cellules sont injectées dans le cuir chevelu de la personne chauve puis se divisent pour faire apparaître de nouveaux follicules pileux. Cette avancée technologique, qui apporterait une vraie solution aux personnes chauves, est en cours d’élaboration.

Une méthode encore en phase de test

En 2008, des essais expérimentaux réalisés sur des souris n’avaient pas donné les résultats espérés. Les nouveaux cheveux étaient dépigmentés et la repousse désorganisée. Des tests appliqués à l’homme ont par la suite été effectués, mais n’ont pas montré d’amélioration notable. Au vu des résultats mitigés et du coût élevé de cette méthode, le clonage capillaire n’a pas fait l’objet d’une autorisation de mise sur le marché. Ce n’est qu’en 2012 qu’une équipe de scientifiques japonais a réussi à reproduire des cheveux de manière organisée sur des souris à partir de follicules pileux humains. Malgré cette avancée, ainsi que les nombreuses études actuellement menées dans le monde entier, la diffusion de cette technique n’est pas envisagée avant de nombreuses années. Aujourd’hui, la greffe de cheveux reste la meilleure alternative pour vaincre efficacement la calvitie. De la FUT ou technique de la bandelette à la FUE en passant par la greffe automatisée (IFA), les techniques chirurgicales connaissent une évolution spectaculaire et permettent d’apporter de vraies solutions aux personnes atteintes d’alopécie.

À qui s’adresse le lifting cervico-facial ?

Derrière ce nom se cache l’une des opérations les plus couramment réalisées visant à traiter le relâchement cutané du visage et du cou. Le lifting cervico-facial est une intervention très appréciée notamment pour les résultats qu’elle procure. Elle consiste à retendre la peau afin que le visage retrouve des contours nets ainsi qu’un bel ovale. 

Pourquoi faire un lifting cervico-facial ?

Avec les années, la peau perd en élasticité et les tissus se détendent petit à petit. À partir d’un certain âge, le visage laisse apparaître un affaissement des tissus au niveau des joues, des bajoues et du cou. Celui-ci, généré par les effets du temps et les agressions du quotidien, entraîne plus généralement une perte de définition dans l’aspect du visage. Le lifting cervico-facial peut être accompagné d’une lipoaspiration dans le cas d’une accumulation de graisse dans certaines zones telles que le menton, les bajoues ou le cou. Les patients peuvent envisager de l’associer à d’autres pratiques de chirurgie esthétique du visage. Grâce au lifting cervico-facial, ils notent une atténuation des rides profondes et retrouvent une peau tendue ainsi qu’un ovale du visage redessiné. Cette opération, qui agit à la fois sur la peau et sur la musculature sous-jacente, offre des bénéfices rajeunissants et un résultat naturel.

Le lifting cervico-facial : pour qui ?

Le lifting cervico-facial étant principalement destiné à corriger les signes de l’âge, cette intervention se pratique le plus souvent chez les hommes et les femmes à partir de 40 ans, lors de l’apparition des premiers signes de vieillissement. Il existe de nombreuses indications pour lesquelles cette opération peut être une solution envisageable. Les personnes notant un affaissement de la peau, une surcharge graisseuse au niveau du cou et des bajoues ou encore une perte de l’ovale du visage peuvent avoir recours à ce lifting. L’opération s’adresse également aux individus ayant un excès cutané sur la zone du visage suite à un amaigrissement. De manière générale, le lifting cervico-facial peut être justifié dès lors que le patient note un réel relâchement de la peau entraînant une gêne esthétique et un inconfort.

Comment prendre soin de sa nouvelle barbe après une greffe ?

Les hommes aiment de plus en plus porter la barbe. Certains recourent à une greffe pour combler son inexistence ou tout simplement, la densifier. À la suite de l’intervention, l’entretien de celle-ci permet de garder un ensemble équilibré et naturel.

 

Quelles sont les étapes à suivre pour tailler sa barbe ?

Une barbe bien soignée apporte distinction et caractère au visage contrairement à une « précieuse » à l’aspect négligé. Aussi, apprendre à structurer celle-ci après une greffe vous garantira la virilité que vous attendez. Avec nos 5 conseils mettez la en valeur :

 

  • La ligne des pattes définit la limite extérieure et s’étend des cheveux jusqu’au menton, sans descendre trop vers la nuque. Le taillage des poils à cet endroit se réalise en suivant l’os de la mâchoire. Un peigne légèrement incurvé facilite la coupe des poils qui dépassent et donne un effet visuel plus naturel.
  • Pour dessiner la ligne du cou qui se situe en dessous de la mâchoire, il faut commencer au niveau de la pomme d’Adam puis tracer une ligne droite horizontale le long de la gorge. La barbe va rejoindre les pattes déjà taillées, en faisant une courbe. Il est nécessaire d’effectuer cette étape avec l’aide de plusieurs miroirs pour que les côtés définis soient parfaitement symétriques.
  • L’arrondi des joues, droit ou légèrement incurvé, descend des « rouflaquettes » jusqu’à la commissure de la lèvre. Cette zone se rase de façon à éliminer tous les poils au-dessus de cette démarcation. Cela donne un aspect visuel plus agréable et davantage d’équilibre à l’ensemble.
  • Pour les hommes qui arborent une moustache, qu’elle soit attachée à la barbe, indépendante ou structurée, l’entretien de celle-ci empêche qu’elle ne recouvre la lèvre supérieure. Une moustache régulière se peigne vers le bas et se taille avec les ciseaux.
  • Enfin, pour réaliser le style de barbe souhaité en termes de densité et de longueur rebroussez les poils et couper les plus longs depuis les « Burnside » vers le menton puis renouveler l’opération dans le sens du poil cette fois ci et éliminer les récalcitrants au niveau du menton.

Oui, Messieurs avoir une belle barbe demande un peu de temps et surtout l’utilisation d’un matériel adéquat qui respectera celle-ci sans l’agresser.

Les indispensables pour entretenir sa barbe

Les accessoires incontournables dans votre salle de bain

 

Plusieurs outils permettent de prendre soin de sa barbe correctement et créer un ensemble harmonieux :

  • Une paire de ciseaux de barbier pour tailler les poils qui dépassent ou ne vont pas dans le bon sens ;
  • Une tondeuse adaptée avec, de préférence, plusieurs sabots pour bien structurer l’ensemble ;
  • Un peigne en bois ou en corne afin de tracer de belles lignes et aussi guider les poils vers le bas ou d’éliminer de possibles nœuds qui se sont créés pendant la nuit ;
  • Un rasoir définira des contours plus nets et propres ;
  • Plusieurs miroirs faciliteront le ciselage sur les côtés et l’appréciation de la taille sous divers angles.

 

Ce nécessaire apporte un confort optimal après la greffe car ils respectent les poils et la peau, sans les agresser.

Les produits à utiliser

Une fois taillée selon vos souhaits, plusieurs cosmétiques participent au maintien d’un poil doux, brillant et antistatique.

  • L’huile à barbe composée d’huiles organiques et essentielles permet de maîtriser et adoucir les poils les rendant moins irritants pour la peau. Elle fournit également de l’hydratation, élimine les pellicules et parfume agréablement.
  • Le baume à barbe, formulé à base de différentes huiles, possède les mêmes actions que l’huile mais il possède aussi un effet coiffant et fixant grâce à la cire naturelle qu’il contient
  • La cire à moustache est appréciée pour façonner les poils et leur donner un style propre en leur conférant un effet très naturel.
  • Le shampoing adapté répond aux besoins spécifiques des barbus. Un lavage régulier, 1 à 2 fois par semaine, avec un soin liquide ou solide, favorise la santé des poils et de la peau tout en éliminant les résidus de cire, d’huile et de baume et les éléments polluants qui s’accumulent tout au long de la journée.

 

Idéalement, il convient de choisir des produits le plus naturel possible car ils gardent la barbe saine et ne sont pas offensifs pour la peau, ce qui est parfait à la suite d’une greffe.

La chirurgie capillaire

De quoi s’agit-il ?

Le principe de la chirurgie capillaire est de permettre à tous ceux ou celles qui sont atteints de calvitie, de retrouver leur chevelure naturelle. Il s’agit en fait par différents procédés, de prélever et de réimplanter sur le cuir chevelu ses propres cheveux. La zone de la couronne arrière de la tête étant génétiquement programmée à ne pas perdre les cheveux, c’est d’elle que seront prélevés les bulbes. Ceux-ci seront ensuite redistribués dans les régions du front et de la tonsure pour redonner une harmonie générale et bien éparpillée de la chevelure. Les deux méthodes actuelles utilisées sont la FUT et la FUE. La première appelée  Follicular Unit transplantation ou méthode de la bandelette permet de découper une fine bande de cuir chevelu dans la zone donneuse, pour ensuite la fractionner en unités folliculaires de un ou deux à trois cheveux qui seront réimplantés. La deuxième, Follicular Unit Extraction se concentre sur l’extraction d’unités folliculaires à l’aide d’un bistouri circulaire, un punch d’une dimension de 0,8 à 0,9 mm. Ces deux pratiques de micros greffes de cheveux sont d’une grande efficacité, avec des résultats très esthétiques.

Le déroulement de la chirurgie capillaire

Lors d’une opération d’implants capillaires, tout est mis en œuvre pour que le patient passe un agréable moment. Même si celle-ci dure plusieurs heures, grâce à une anesthésie locale, elle est complètement indolore. Au cabinet du Dr Eric Bouhanna dans Paris 17ème, le confort est de mise, avec un échange permanent avec les intervenants, et la possibilité de se détendre. Le prélèvement a lieu dans une position allongée sur le ventre qui dure selon la technique d’une demi-heure à deux heures, puis la suite a lieu dans une position semi-assise bien plus confortable. Après l’intervention, il faut compter environ 8 jours pour que la greffe de cheveux soit bien en place et complètement invisible. Après une période de croissance, les cheveux repousseront progressivement et de manière définitive et naturelle.