Prendre RDV en ligne

Focus sur la réduction mammaire

Il est intéressant de se pencher sur la réduction d’une poitrine généreuse. Cette opération de chirurgie esthétique aide les femmes à se sentir mieux dans leurs corps et à préserver leur santé.

 

Pourquoi effectuer une réduction mammaire ?

Des embarras esthétiques et physiques

Une hypertrophie mammaire est un développement anormal de la glande à l’intérieur du sein. D’ordre congénitale ou hormonale, elle peut se produire pendant la puberté, après une grossesse ou une forte prise de poids. Il en résulte alors une disparité du volume des seins, parfois excessifs, qui se traduit presque systématiquement par l’affaissement de la poitrine, c’est-à-dire une ptose mammaire. Une asymétrie des seins est également possible.

La vie quotidienne d’une femme dans cette situation peut rapidement devenir compliquée, tant physiquement qu’esthétiquement. Des douleurs dorsales, des épaules à cause des soutien-gorge ou à la nuque se font ressentir, dégradant ainsi sa santé. Une gêne lors de la pratique de certains sports l’empêche de profiter pleinement de ces activités. Enfin, des complexes embarrassants dus aux regards et remarques des autres, ou encore aux difficultés de s’habiller peuvent s’installer.

Comment y remédier grâce à la réduction mammaire ?

La réduction mammaire est une intervention de chirurgie esthétique et réparatrice, qui diminue la masse excessive de chaque sein en prélevant une partie de la glande mammaire hypertrophiée. Le résultat est visible très vite avec de nouveaux seins plus petits et symétriques. Les douleurs physiques et les gênes connues disparaissent dans les premières semaines suivant l’opération. Il faut attendre six mois pour obtenir la forme et le volume définitifs souhaités. Au bout d’un an, le processus de cicatrisation se termine.

 

Quelle est la différence avec une cure de ptose ?

Qu’est-ce qu’une cure de ptose mammaire ?

C’est un lifting du sein qui s’effectue lorsque la poitrine s’affaisse après une variation de poids ou un allaitement, par exemple. Le praticien enlève la peau distendue qui donne un aspect « vide » aux seins tombants. Cela permet ainsi de relever le buste et corriger en même temps le relâchement de la peau causé par un poids trop important. Cette cure de ptose mammaire peut s’accompagner d’un ajout de prothèse lorsqu’une poitrine est trop petite.

Ainsi, les deux opérations sont complémentaires : la réduction mammaire s’associe très souvent d’une cure de ptose mammaire. Après le retrait partiel de la glande mammaire, le chirurgien esthétique remodèle chaque zone à traiter dans le but d’éliminer l’excès de peau, de galber les seins et remonter le buste diminué.

La prise en charge par la Sécurité Sociale

La différence entre ces deux chirurgies réside dans la quantité retirée, soit de glande, soit de peau. Pendant une cure de ptose mammaire, le spécialiste enlève moins de 300 grammes par sein. La Sécurité Sociale considère alors que cette intervention est réalisée pour des raisons esthétiques et donc, n’en propose pas le remboursement. En revanche, elle prend en charge la réduction mammaire qu’elle perçoit comme une opération visant à améliorer la santé d’une femme, à partir du moment où le chirurgien prélève plus de 600 grammes de glande dans l’ensemble de la poitrine.

Les commentaires sont fermés.