Prendre RDV en ligne

La greffe de cheveux pour lutter contre la calvitie

Les implants capillaire, une réelle solution

La perte de cheveux et les problèmes capillaires concernent trois Français sur quatre d’après une récente étude de l’Ifop. L’alopécie (chute de cheveux) dont la cause est le plus souvent héréditaire peut démarrer très jeune, c’est-à-dire à partir de l’âge de 20 ans chez les hommes. Chez les femmes, elle est beaucoup plus rare puisque seul 2% sont concernées, elle est principalement liée aux dérèglements hormonaux. La réduction de la chevelure est due au vieillissement des follicules, qui deviennent plus petits avec le temps et dont la phase de croissance se réduit. Des facteurs comme le stress, la fatigue, certaines infections bactériennes ou la radiothérapie sont également responsables de la perte de cheveux. Pour remédier à la calvitie, de plus en plus d’hommes ont recours à la chirurgie, car les différents traitements de lutte contre la chute de cheveux ne font que la ralentir mais ne stimulent pas la croissance. L’opération de poser des implants capillaires remporte un franc succès en France depuis de nombreuses années maintenant. Elle permet d’éviter de porter le crâne rasé et surtout de ne pas souffrir d’un réel complexe. La greffe de cheveux garantit de retrouver une chevelure comme avant, ce qui redonne confiance en soi et renvoie une image soignée.

Les différentes méthodes d’implants capillaires

Il existe deux méthodes pour pratiquer la greffe de cheveux. La première est la technique du prélèvement par bandelette, qui se fait dans la zone donneuse de l’arrière de la tête. Une bandelette de cheveux d’environ 1cm de large et 25cm de long est prélevée, ce qui permet de réimplanter entre 2.000 et 4.000 cheveux, mais laisse des cicatrices. L’autre technique est celle du prélèvement par FUE, c’est-à-dire extraction d’unités folliculaires, qui consiste à retirer des greffons un à un. Du coup, la zone donneuse n’a pas de cicatrices, juste des petits trous de 2 millimètres, et 1.000 cheveux environ peuvent être réimplantés dans la zone dégarnie. Le Dr Eric Bouhanna pratique ces deux techniques depuis de nombreuses années dans son  cabinet de Paris 17ème, il conseillera soigneusement chaque patient sur la plus adaptée.

Les commentaires sont fermés.